Archives du mot-clé Coltrane

Coltrane on the Beach (ou presque)

TRIBUTE COLTRANE QUARTET,

le 17/12/16 à la médiathèque Noailles – Cannes (06)

 

Pour ce dernier Afterwork de l’année, la médiathèque Noailles accueillait un quartet composé de Fred d’Oelsnitz au piano, Jean-Marc Jafet à la basse électrique, Bernard Weidmann à la batterie et le jeune saxophoniste Julien N’Diaye aux saxophones. fred-juliencannesUne soirée en hommage à John Coltrane qu’ils entamaient par le psaume Coltranien par excellence, les trente minutes de « A Love Supreme ». Magnifique interprétation qui laissait présager du reste de ce concert de haute tenue. Suivront les tubes incontournables du grand John, « Giant Steps », « Impressions », « Naima » ou encore « My Favourite Things » et d’autre moins connu sur lesquels on ne mets pas un nom tout de suite!

Deux sets de plus d’une heure chacun, la grande générosité d’un groupe tout à sa musique voulait aussi faire plaisir au public nombreux dans cette belle mais petite salle dont les boiseries étonnent toujours. Fred d’Oelsnitz, au maintien toujours assez rigoureux semblait emporté par sa passion dans des solos envoutés. A l’opposé, Jean-Marc Jafet, jmjafetque l’on sait volubile sur le manche de son Ibanez, est resté quant à lui très sobre même dans son chorus final. Sa batterie placée sous l’ombre tutélaire d’un portrait de Coltrane n’a pas empêché Bernard Weidmann de régner en maître des rythmes tout au long des deux sets. bernard-weidmannMais, le public, curieux, amateur ou averti, à découvert ce vendredi, un futur grand saxophoniste en la personne de Julien N’Diaye. julien-ndiayecannesTant au tenor qu’au soprano, la maitrise et la beauté de son jeu en a étonné plus d’un. Un grand merci donc à Jean-Pierre Fettucciari et à tous ceux qui ont permis ce superbe moment de musique. Rendez-vous en janvier.

Trio BIS

TRIO BIS : Live

(Label Durance)

Il y a des disques qui séduisent dès la première écoute. Présentons donc ce groupe, ce trio sans basse, composé du batteur Cédric Bec, du saxophoniste Raphaël Imbert et du guitariste Alain Soler. BIS comme les initiales de leurs noms. Enregistré en live, ils commencent par un arrangement du très festif de « Lulu’s BackIn Town » popularisé par Fats Weller, il y a aussi du Monk ainsi qu’une version très sautillante d’un vieux Beatles « No Reply », ils associent dans un même morceau Neil Young et Coltrane « OnThe Beach/Equinox », le sax et la guitare s’en donne à cœur joie, respectueux et inventifs. Suivi d’une reprise très prenante du « Tom Traubert’s Blues » de Tom Waits, le plus beau moment de l’album, l’émotion dégagée par Imbert est tangible, Soler est dans son élément avec le blues, le juste feeling. Cédric Bec fait bien plus qu’assurer d’impeccables rythmiques, il donne au trio Le groove. Quant au final, «All The Thing You Are », J. Kern, façon Tex Avery, un petit bijou. Notre région est bel et bien un bon creuset pour le jazz.