Archives du mot-clé batteur

Diamant H2O

Jean Claude Montredon: Diamant H2O

(QMIx)

Pour fêter ses cinquante ans de carrière, Jean Claude Montredon, le batteur et percussionniste martiniquais s’offre son premier album en leader. Le titre peut étonner mais il réfère au rocher du Diamant, une petite île dans la mer des Antilles. Montredon est accompagné de la crème de la Caribbean connexion, l’incontournable et toujours jeune Alain-Jean Marie au piano et Michel Alibo (de Sixun) à la basse. Pour compléter ce groupe, le trompettiste et cornettiste de notre sud, Stéphane Belmondo ainsi que le saxophoniste, aussi newyorkais que parisien, Jon Handelsman. Album de batteur, album de rythmicien, chacun des morceaux est sur la pochette affublé de son style (mazurka, funk, valse, latin music, samba). Album enflammé, dansant, robuste. Les musiciens semblent prendre un grand plaisir à partager ces thèmes, tous écrits par Jean-Claude Montredon qui se paye même un petit titre à l’harmonica et se délecte d’un indispensable et magistral solo de batterie en trois parties en toute fin de disque.

Mike & Dave à Nice (Live Report)

MIKE STERN & DAVE WECKL BAND,

le 17/11/16 au Forum Nice-Nord (06)

 

La soirée commençait par le Power Triog, fred-doelnitzFred d’Oelsnitz à l’orgue (pas un Hammond, mais quel son tout de même), le guitariste à casquette et Gibson, Jonathan Gritellajonathan-gritella et le batteur Alain Asplanato. Ceux qui pensait entendre du Jimmy Smith ont été déçu, leur répertoire est moins traditionnel, plus énergique, Mc Laughlin, Pat Martino, du d’Oelsnitz et en final une superbe reprise de Carla Bley. De très beaux duo orgue-guitare, fred-johnattanquelques solos bien enlevés, ponctués par la frappe discrète mais puissante du batteur. Un set qui nous mettait dans d’excellentes dispositions pour écouter le groupe de Mike Stern et Dave Weckl. A peine remis d’une double fracture, Mike Stern portait encore un gant noir auquel le roadie à « fixé » son médiator en rentrant sur scène.mike-stern1nv Mais soyez rassuré cela n’a pas empêché le guitariste de faire une prestation de très grande classe. A ses côtés, le bassiste Tom Kennedy, look flegmatique, très anglais bien que natif du Missouri, une basse 5 cordes de luthier et un son rare, à la fois fluide et intense.tom-kennedy Bob Malach, le saxophoniste semblait avoir des problèmes de anche qu’il changeait, réglait fréquemment. bob-malachnvMais quand il embouche son tenor pour jouer quelques phrases ou pour chorusser avec Stern, la magie opère dès la première note. L’autre star du quartet, le batteur Dave Weckl est resté abrité derrière ses futs et cymbales tout le concert, dave-wecklnvon le distinguait à peine, mais point besoin de le voir pour l’entendre, qu’il joue simplement avec les mains pour un duo avec Tom Kennedy ou qu’il montre la fougue et la finesse de jeu rythmique. Ils enchainent sans temps mort, ballades, jazz-rock, des morceaux plus fusion et même un air africain inspiré de Richard Bona, jusqu’au rappel, le « Red House » mike-stern-red-housed’Hendrix où Mike Stern prouve qu’il sait aussi merveilleusement jouer (et chanter) le blues.

On attend déjà qu’ils reviennent.