Archives du mot-clé Afterwork

Five 2 One ou les Doors à Cannes (live report)

l’afterwork de Five 2 One

Dernier afterwork de cette saison à la médiathèque Noailles de Cannes, c’est presque l’été, le concert a lieu dans le jardin, sous l’ombre bienveillante des majestueux palmiers. Sur la scène, les quatre musiciens de Five 2 One. 18h30, le premier riff de basse est joué par Fred d’Oelsnitz de la main gauche sur son clavier. Pascal Santucci a chaussé un bottleneck sur auriculaire droit, du blues pour commencer. Eric Chabaud exécute une frappe sèche sur la batterie, le chanteur, Krees Moretti, pantalon en cuir, chemise blanche peut lancer son premier cri, les Doors sont à Cannes en la personne du groupe Five 2 One. Pendant plus de deux heures, les quatre compères vont explorer le répertoire des californiens, les grands tubes et d’autres chansons moins connues.

Encore qu’une grande partie du public connait par cœur paroles et refrains et accompagne avec entrain et bonne humeur le chanteur caché derrière ses lunettes noires. En fin du deuxième set, le trio d’enfer, Light My Fire puis Riders On The Storm et La Woman, les titres les plus « jazz » qui bien sûr, l’autre, la gauche, continuant d’assurer une basse impériale. Mais, les meilleures choses ont une fin, et après deux, trois rappels, ils finissent par… The End, bien sûr, signe qu’il est temps de reprendre la route du retour, juste avant le coucher du soleil.

Très belle conclusion d’une fort gouteuse saison d’afterwork. On se prend à espérer que la prochaine sera meilleure encore mais on n’est pas pressé, nous avons un bel été de musique qui nous attend.

 

Publicités

Coltrane on the Beach (ou presque)

TRIBUTE COLTRANE QUARTET,

le 17/12/16 à la médiathèque Noailles – Cannes (06)

 

Pour ce dernier Afterwork de l’année, la médiathèque Noailles accueillait un quartet composé de Fred d’Oelsnitz au piano, Jean-Marc Jafet à la basse électrique, Bernard Weidmann à la batterie et le jeune saxophoniste Julien N’Diaye aux saxophones. fred-juliencannesUne soirée en hommage à John Coltrane qu’ils entamaient par le psaume Coltranien par excellence, les trente minutes de « A Love Supreme ». Magnifique interprétation qui laissait présager du reste de ce concert de haute tenue. Suivront les tubes incontournables du grand John, « Giant Steps », « Impressions », « Naima » ou encore « My Favourite Things » et d’autre moins connu sur lesquels on ne mets pas un nom tout de suite!

Deux sets de plus d’une heure chacun, la grande générosité d’un groupe tout à sa musique voulait aussi faire plaisir au public nombreux dans cette belle mais petite salle dont les boiseries étonnent toujours. Fred d’Oelsnitz, au maintien toujours assez rigoureux semblait emporté par sa passion dans des solos envoutés. A l’opposé, Jean-Marc Jafet, jmjafetque l’on sait volubile sur le manche de son Ibanez, est resté quant à lui très sobre même dans son chorus final. Sa batterie placée sous l’ombre tutélaire d’un portrait de Coltrane n’a pas empêché Bernard Weidmann de régner en maître des rythmes tout au long des deux sets. bernard-weidmannMais, le public, curieux, amateur ou averti, à découvert ce vendredi, un futur grand saxophoniste en la personne de Julien N’Diaye. julien-ndiayecannesTant au tenor qu’au soprano, la maitrise et la beauté de son jeu en a étonné plus d’un. Un grand merci donc à Jean-Pierre Fettucciari et à tous ceux qui ont permis ce superbe moment de musique. Rendez-vous en janvier.