Andreas Schaerer Novel Of Anomaly Live Report

Pour ce premier rendez-vous des « Jeudis du Jazz » de 2019, le théâtre Alexandre III à Cannes, recevait dans son bel écrin bleuté, le groupe du chanteur suisse Andreas Schaerer. Pour l’accompagner, le guitariste finlandais Kalle Kalima, l’accordéoniste italien Luciano Biondini et son vieux complice, suisse lui aussi, le batteur et percussionniste Lucas Niggli. Andreas ,assis sur son tabouret de bar, commence par chanter d’une voix légère à peine murmurée (cela ne durera pas! ) avant que ses compères n’entrent dans le jeu. Ils vont jouer une grande partie de l’album « A Novel Of Anomaly » qui est aussi le nom du groupe. Les compositions sont de tous les membres du quartet mais ce sont celles de l’accordéoniste qui ouvrent le bal. Bien que sa langue maternelle soit l’allemand, Schaerer chantera aussi en italien, en anglais, dans le dialecte du Valais et même en finlandais (tout en s’excusant de son horrible accent dans cette langue. Mais heureusement pour lui pas de finlandais dans la salle!). L’un des plus beaux moments du concert fut « Planet Zumo« , un thème inspiré au guitariste par sa rencontre avec le batteur nigérien Tony Allen. Le concert est un spectacle complet, Andreas Schaerer ne reste pas en place, il s’octroie de superbes duos avec chacun de ses acolytes. Plus canzone avec Biondini, rock, presque métal avec Kalima (ici en guitar hero)et quelques instants magiques en batterie-voix avec Niggli. Schaerer est un véritable performeur de la voix, il semble capable de tout pouvoir faire avec et toujours de façon superbement mélodique. Il chante, fait du beat-box mais sans beat-box, il fait tour à tour, tout en chantant, des percussions, du scat, de la trompette, du trombone, et parfois le changement est tellement rapide, subtil, que l’on croit entendre plusieurs instruments « vocaux » à la fois et, bien sûr, sans le moindre looper ou autre pédale d’effet. Un jazz enthousiaste, pas facile d’accès mais pourtant la salle était quasiment complète. Le public de ces jeudis du Jazz est curieux, le petit tarif permet aussi d’oser découvrir des noms, des genres, des musiciens. Et en retour, nous avons le droit à de grands moments.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.