Thomas Bramerie, un pas devant

Thomas Bramerie: Side Stories

(Jazz Eleven)

Thomas Bramerie, le contrebassiste qui a participé à près de cent albums n’en avait jamais publié un sous son nom. C’est chose faite sur le tout nouveau label de Giovanni Mirabassi, Jazz Eleven. Le sideman passe devant, en trio avec deux jeunes musiciens plus que prometteurs, Carl-Henri Morisset au piano et Elie Martin-Charrière à la batterie. Leader, il signe la majorité des titres, démontrant avec brio que derrière le musicien, il y a aussi un compositeur, un mélodiste subtil et inspiré (écoutez « Emile« ). Trois invités prestigieux lui rendent visite sur quelques plages, Éric Legnini derrière son Rhodes, Jacky Terrasson au piano, et Stéphane Belmondo (il officie aussi comme directeur musical du projet), avec ses bugle et trompette. S’il commence par un long riff à la contrebasse « Pichòt Bebei » et fini par une reprise, « Avec Le Temps« , en solo, il évite de faire un disque de bassiste, laissant à ses compères, un bel et généreux espace. Le titre éponyme « Side Stories« , en est un bel exemple. Thomas Bramerie joue même de la guitare sur l’un de ses thèmes « Tròc de Vida » où Belmondo délivre un très beau et langoureux solo tout comme, plus loin, dans leur interprétation d’une vieille chanson, « Un Jour Tu Verras« ,  popularisée en son temps par Mouloudji. Monk, « Played Twice » et Nat Adderley, « Work Song« , s’immiscent dans la setlist comme un hommage aux grands anciens. Plus étonnant, un arrangement, finalement très jazzy, d’un « tube » du compositeur anglais Edward Elgar (1857-1934), » Salut d’Amour« . En complément de l’album, à l’intérieur du très beau triptyque en noir et blanc, un livret contenant quelques textes de Thomas Bramerie. Des réflexions, sur la vie, son fils Emile (joli addendum au morceau qu’il lui dédie), le jazz, les tournées, les chiens. Il rajoute au talent sur les quatre cordes de son instrument, un joli brin de plume. Un micro regret (très personnel) j’aurais bien entendu quelques extravaganzas de Pierrick Pedron sur cet album. Ce n’est que partie remise car il y en aura d’autres à n’en point douter!

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s