Madness Tenors

MADNESS TENORS
Be Jazz For Jazz

(Cristal Records)

Après nous avoir emmener à la fin du 19e siècle, avec la musique de Gottschalk, Lionel Martin nous propose ce projet Madness Tenors, nettement plus jazz. Deux saxophones, piano, basse, batterie pour un univers qui reste quand même bien éloigné des battles de tenors de l’époque Hawkins/Webster sans pourtant renier totalement la filiation.  Soutenu par les lignes harmoniques, les mélodies, du piano de Mario Stantchev et la vigoureuse paire rythmique de Benoit Keller, contrebasse et Ramon Lopez batterie, les deux saxophonistes Lionel Martin et Georges Garzone rivalisent de virtuosité et d’inventions, conversant –magie du jazz – parfois à l’unisson. Le son chaud et ample du tenor de Martin est, de temps à autre, remplacé par celui plus vif d’un alto, d’un soprano, comme pour « On The Phone », le titre (peut-être le plus beau) qui clôt l’album.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s