Fish live in Nice

Alex LamiaUne agréable première partie, Damnation, le groupe niçois pour un tribute set qui nous a permis de (re)découvrir les suédois d’Opeth. Un jeune et excellent guitariste Alex Lamia, belle présence de la chanteuse Valérie Noireaut et de belles harmonies vocales. A suivre donc.

fish2bPuis Fish et ses quatre musiciens prenait place pour près de deux heures d’un set grandiose. Fish a une voix grave, puissante et expressive qui sait aussi se faire délicate, tendre ou rageuse comme dans le « High Wood suite« , cinq titres enchainés où il évoque les fantômes, les massacres de la guerre de 14 dans la Somme où était son grand-père. Il a aussi une présence scénique, une gestuelle charismatique parfois même christique dans sa façon d’écarter les bras tout en portant son regard le plus loin possible comme sil cherchait à voir, à faire une connexion avec chacun. Il desendra dans la salle pour serrer la main des spectateurs tout en chantant jusqu’à ce que le fil de son micro menace de ceder. Mais Fish c’est aussi son groupe, Gavin Griffiths, un barobin boulttteur énergique mais discret, John Beck, tout nouveau dans l’équipe, un clavier très prégnant, pas de prog sans keyboard, Steve Vantsis, un bassiste efficace, mais surtout un guitariste, Robin Boult, virtuose, précis, aux riffs incisifs mais au chorus trop rare.

Un chanteur d’exception, un concert humaniste et généreux.

Publicités