Paolo Fresu devil quartet à Nice

Salle Grappelli, nice 22 mai 2013.

 

21h tapantes – la politesse des grands- dans une salle Grappelli où il ne reste guère qu’un strapontin vide, Paolo Fresu et ses 3 acolytes entre sur la scène.

Paolino delle Porta assure la pulsation avec sa contrebasse, en accords martelés ou en longs riffs scandés des doigts. Le batteur, Stefano Bagnoli, s’occupe de la cadence, de ses balais frottés sur la peau des toms, des cymbales ou plus fermement avec ses baguettes magiques.  Mais c’est, il faut bien l’avouer, Bebo Ferra à la guitare et Paolo Fresu qui, devant, font le show. Ils jouent en grande partie leur dernier album « Desertico » (Bonsaï Music) commençant par « Ambre » assez calme, continuant par « La Folia Italiana » qui porte bien son nom, pour finir deux heures plus tard, en majesté et en furie par une vieille rengaine de Keith Richard, à la satisfaction du public enthousiaste. Dans un premier rappel, ils montreront avec deux berceuses que le quartet, malgré son nom, sait se faire angélique. Quand le jazz est joué par de tels musiciens: Sympathy for the devil !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s