Nice Jazz Festival 1ère soirée

8 juillet 2012

Sur la scène Masséna c’est China Moses qui ouvre le bal. Robe bustier sombre, un verre de rosé à la main, accoudée au piano elle charme les photographes avant d’interpréter  quelques titres de son prochain album. A moins d’une encablure de là, le maire déclare ouverte la deuxième édition de NJF en présence de la marraine Dee Dee Bridgewater.  Elle prendra possession, envoutante, de la scène quelques minutes plus tard. Du Billie Holiday, ses propres thèmes et un final grandiose « Ev’ry day I got the blues » avec China, sa fille qui la rejoint sous les projecteurs. Non loin, au théâtre de Verdure, Ibrahim Maalouf interprétait son titre fétiche « Beirut ». Une trompette qui susurre des notes à peine esquissées jusqu’à un final d’une guitare heavy métal hurlante, saturée. Plus tard, Galliano, Eddy Louiss, un batteur, un bassiste et une section de 4 violoncelles proposaient un jazz atypique mais quelque peu hermétique.
Nuit magique N°1.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s